Adhérez en ligne !
 
 
 
 
 
 
 

Élèves et étudiant-es

France Université Numérique propose
7 MOOC pour aider les lycéens à entrer dans l'enseignement supérieur

 

La plateforme publique FUN-MOOC diffuse depuis septembre 2017, des MOOC d'aide à l'orientation et à la préparation à l'entrée dans l'enseignement supérieur. Ces cours en ligne, gratuits et collaboratifs, créés par six universités et une grande école, ont pour objectif d'aider les élèves et leurs familles à imaginer un parcours d'étude à l'université, à s'inscrire en IUT ou à préparer des études en sciences. La présentation des cursus vaut pour l'ensemble des enseignements dans cette discipline quelque soit l'établissement.
Avec ces MOOC gratuits, les établissements d'enseignements supérieurs souhaitent toucher un très large public et favoriser la démocratisation de la démarche d'orientation.
Afin de favoriser la visibilité de ces MOOC, nous venons de créer une nouvelle rubrique qui s'intitule "Orientation".

 

www.fun-mooc.fr

 

 

NEWS

Femmes Ingénieurs est partenaire du concours national vidéo « Je filme le métier qui me plait »

Candidatez pour le 19 janvier 2018 pour aider à faire découvrir les métiers d'ingénieurEs!

 

Pour la 11ème année consécutive, le concours national vidéo « Je filme le métier qui me plait » est ouvert.

Ce concours pédagogique s’adresse aux collégiens, lycéens, apprentis, étudiants, demandeurs d’emploi et stagiaires en formation souhaitant découvrir les métiers et leur environnement économique.

L’objectif pour les participants est de restituer leurs découvertes à travers la réalisation d’une vidéo de 3 minutes, ceci sous l’égide d’un adulte référant (enseignant, formateur, conseiller professionnel).
« Je filme le métier qui me plait » est un concours pédagogique, placé sous le double haut patronage du ministère de l’Education Nationale et du ministère du travail, et constitue un support régulièrement sollicité pour « mobiliser » à la recherche de son orientation.
Organisé par Euro France Médias et Euro France Association et soutenu par de nombreux partenaires du monde éducatif, de l’entreprise et des médias,  « Je filme le métier qui me plait » remporte un vif succès : la saison passée, plus de 60 000 jeunes ont participé !

 

Pour la saison 2017 / 2018, l’association Femmes Ingénieurs est partenaire du concours « Je filme le métier qui me plait ». En effet, les jeunes sont invités à filmer tous les métiers, et plus particulièrement le métier d’ingénieur, et précisément au féminin.
Ceci pour donner envie aux jeunes filles de découvrir des femmes ingénieurs, voire d’envisager des études dans ce domaine.


La cérémonie nationale de remise des prix aura lieu le 22 mai 2018 au Grand Rex à Paris, la plus grande salle de cinéma d’Europe. Animée par un prestigieux jury composé du monde de l’entreprise, de l’éducation et du cinéma, elle offrira l’occasion de découvrir les meilleures réalisations à 2700 jeunes venus du monde entier pour cette occasion unique.


Quelques exemples de vidéos réalisées les saisons passées :

http://www.jefilmelemetierquimeplait.tv/les-videos-primees/session-2012/bref-je-suis-blonde/prg42_jf12_03_10344.html

http://www.jefilmelemetierquimeplait.tv/selection-officielle/session-2015/draw-my-aeronautics/prj30_jf15_8378.html

http://www.jefilmelemetierquimeplait.tv/selection-officielle/session-2017/je-suis-ingenieur-smartgrid/prl31_jf17_1572.html

 

Nous encourageons tous les jeunes et les enseignants à s’inscrire au concours et à participer dès à présent, les candidatures sont attendues pour le 19 janvier 2018 au plus tard, les vidéos pour le 14 mars 2018.

13 catégories sont ouvertes et vous pouvez vous présenter dans plusieurs catégories à la fois. Par exemple :

  • « Industrie au féminin »
  • « For girls in Science »
  • « Les ingénieurs à l’honneur »
  • « L’énergie c’est la vie ! »

Nous comptons sur votre participation !

Une seule adresse :  www.jefilmelemetierquimeplait.tv

Un contact : jefilme@euro-france.tv  ou 01 47 01 34 50, demander Antoine

 

 

logo Orange      L'opération Shadowing avec Orange se poursuit cette année !      logo FI

 

Cette opération consiste à faire rencontrer des lycéennes de Première ou Terminale et des femmes Ingénieures ou Techniciennes d'Orange pendant une journée où la ou les 2 jeunes filles suivent comme son ombre (shadow) la collaboratrice d’Orange, à son lieu de travail. Elles pourront participer à leurs activités, échanger avec elles et répondre à toutes leurs questions tout au long de la journée.

 

Trois vagues sont prévues au cours de cette année scolaire : 

  • Première vague pendant les vacances de la Toussaint du lundi 23 Octobre au vendredi 3 Novembre 2017. La cible de cette vague concerne principalement les élèves de terminales et de premières scientifiques.
  • Deuxième vague pendant les vacances d'hiver du lundi 26 février au vendredi 9 mars 2018 en zone B (Rennes) et du lundi 19 Février au vendredi 2 mars en zone C (IDF). La cible de cette vague est principalement les premières scientifiques.  
  • Troisième vague pendant les vacances de Printemps du lundi 23 avril au vendredi 4 mai 2018 en zone B et du lundi 16 avril au vendredi 27 avril 2018 en zone C. La cible de cette vague concerne les premières scientifiques et secondes.

 

Lettre d’invitation d’ORANGE:

 

Vous êtes une fille, élève au lycée et vous devez faire prochainement un choix d’orientation. Vous n’avez pas encore décidé et vous hésitez vers quelle filière vous orienter.

Vous avez un intérêt pour les disciplines scientifiques même si vous n’êtes pas forcement dans le peloton de tête en classe ; vous voulez plutôt faire des études qui vous permettront dans votre vie professionnelle d’être au contact de personnes, de faire quelque chose d’utile pour le monde, d’aider des personnes, de voyager….

Vous avez une idée sur ce que fait un-e médecin, vous avez une idée sur ce qu’est une chercheure,…. Et connaissez-vous ce que fait une ingénieure, une technicienne, ceux et celles qui innovent, participent au progrès du monde … et par exemple font que le téléphone portable existe, qu’il vous permet d’être en lien permanent avec vos amis, votre famille? 

Des femmes professionnelles, techniciennes ou ingénieures, vous proposent de vous accueillir pendant une journée dans leur entreprise, sur leur lieu de travail, de participer à leurs activités et d’échanger avec vous et répondre à toutes vos questions.

 

Pour vous, cette journée que vous offre ces femmes professionnelles est une belle opportunité :

  • De rencontrer des femmes en activité, qui vous expliquent comment elles ont fait leur choix d’orientation, comment elles sont arrivées là où elles sont, comment elles gèrent leur vie professionnelle et personnelle,
  • De vous informer et découvrir de nouveaux métiers dans le monde des technologies d’information et de communication,
  • De percevoir la diversité des profils, des parcours et des situations de travail dans ce secteur d’activités innovant et porteur d’avenir et d’emplois,
  • De mieux comprendre ce qu’on fait dans une entreprise quand on est technicienne ou ingénieure.
  • De poser toutes les questions auxquelles vous ne trouvez pas encore de réponses, de parler de vos doutes, d’entendre ces femmes parler de leurs satisfactions et de leur centre d’intérêt.
  • De vérifier que des femmes ingénieurs, scientifiques ont leur place dans le monde des TIC et ont un rôle à jouer dans ces professions et ce secteur d’activités.

Cette journée vous intéresse?  Alors prenez contact avec votre établissement et/ou contacter l’association Femmes Ingénieurs : mathieusuz@yahoo.fr

 

 

Portraits de femmes ingénieurs

 

Ci-dessous quelques portraits de femmes ingénieurs intervenantes de la table-ronde "La Femme Ingénieur au service d’une économie prospère avec du sens" (JNI du 30/03 à Paris)

 

Aline Aubertin – Présidente de Femmes Ingénieurs et Directrice des achats EMEA de GE Medical Systems

 

1.  Quel est votre poste, nous décrire votre tâche au quotidien ?

 Je suis Directrice des achats pour la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique, pour les activités de maintenance des équipements biomédicaux commercialisés par GE Healthcare, générant un chiffre d'affaires de 5 Milliards de dollars. J'assure le management de 2 équipes multiculturelles, dans un environnement global.

A titre bénévole, j’ai la chance que mon engagement associatif soit valorisé par GE, ce qui me permet également d’assumer la Présidence de l’association française des Femmes Ingénieurs, et donc le management de son Conseil d’Administration.

 

2.  Avez-vous toujours voulu devenir ingénieure, si oui pourquoi?

 Par méconnaissance de l’entreprise et l’absence de modèles, j’ai eu des difficultés à trouver ma voie, pour allier mon goût des sciences et de la communication, ce qui m’a conduit d'abord à l’université, jusqu'à la Maitrise. Motivée par différents stages et jobs étudiants en entreprise, j’ai rejoint dans un second temps une école d’ingénieur.

 

3.  Quelle est votre formation?

J'ai donc une double formation scientifique : Maitrise de Sciences et techniques en biologie et biochimie, puis un diplôme d'ingénieur chimiste. A l'issue de ce cursus initial, je me suis formée au cours de ma carrière : d'abord à l'Institut Supérieur du Marketing, puis à HEC, via un executive MBA.

 

4.  Quels sont les a priori de votre profession que vous aimeriez dénoncer?

J'apprécie particulièrement la possibilité qu'ont les ingénieurs d'exercer plusieurs métiers, éventuellement dans des secteurs différents au cours de leur carrière. Ceci donne une grande flexibilité dans la gestion de l'équilibre vie professionnelle, vie personnelle.

 

5.    Quelle est votre relation avec les outils numériques ? Comment jugez-vous notre époque digitale?

Les outils numériques ont changé la collaboration entre collègues à l'échelle mondiale. Téléconférence, vidéo-conférences, écrans et outils collaboratifs et partagés modifient les espaces géographiques et temps.

 

6.    Quels sont vos projets de carrière à moyen et long terme?

Après une première partie de carrière dans des fonctions commerciales et marketing, j'ai décidé récemment d'investir l'autre côté de la relation commerciale. GE offrant la possibilité d'évoluer dans des fonctions variées, je ne sais pas encore si j'aurai le souhait de continuer à y évoluer ou de rejoindre une autre entreprise de plus petite taille, où je pourrais valoriser mes compétences et expériences multiples.

 

Milène Guermont – artiste et ingénieure

 

1.  Quel est votre poste, nous décrire votre tâche au quotidien ?

Je suis artiste et ingénieure. Mes œuvres naissent dans mon esprit n'importe où et n'importe quand. Pour leur réalisation, elles nécessitent souvent des développements techniques avec des experts de domaines variés et la coordination d'une équipe dédiée (de quelques personnes à plusieurs centaines comme pour PHARES Place de la Concorde à Paris). 

 

2.  Avez-vous toujours voulu devenir ingénieure, si oui pourquoi?

J'ai toujours voulu créer.  Allié à ma formation artistique, mon bagage scientifique me permet d'enrichir et de concrétiser mes idées.

 

3.  Quelle est votre formation?

Après maths sup et spé, j'ai intégré l'ENSIACET pour sa formation "matériaux et procédés" puis les Mines (ENSMN) pour ses cours transdisciplinaires. J'ai également été "scientifique invitée" à Brown University UNIVERSITY (Providence, USA). Pour compléter ce bagage technique, j'ai ensuite passé le concours de l'ENSAD (Arts Déco Paris) dont je suis sortie diplômée en 2007.

 

4.  Quels sont les a priori de votre profession que vous aimeriez dénoncer?

Bien qu'inscrite à la Maison des Artistes, j'ai déposé des brevets.

Au-delà de la protection intellectuelle que cela apporte, il s'agit aussi d'asseoir une certaine crédibilité dans un univers professionnel qui reste essentiellement masculin.

 

5.  Quelle est votre relation avec les outils numériques ? Comment jugez-vous notre époque digitale?

J'utilise le numérique notamment pour mes oeuvres en Béton Polysensoriel qui réagissent en fonction de votre champ magnétique. Je l'associe donc à la matière.  Je pense que notre société ne va pas pouvoir se virtualiser ad aeternam. A l'heure où les gens passent plus de temps devant des écrans plutôt que face à de vraies personnes, je les place face à des murs en béton... qui ne réagissent (son, lumière, vibrations) que s'ils osent les effleurer.

 

6.  Quels sont vos projets de carrière à moyen et long terme?

Après la place de la Concorde et la Tour Eiffel pour mes deux dernières oeuvres PHARES et UN BATTEMENT  (deux  lieux à forte valeur symbolique ... en France), je souhaite développer des œuvres à l'étranger.

 

 

Etudiante en 3ème année à l’école des Mines de Douai

 

1. Quel est votre poste, nous décrire votre tâche au quotidien ?

 Je suis étudiante ingénieure en 3ème et dernière année à l’école des Mines de Douai.

 

2. Avez-vous toujours voulu devenir ingénieure, si oui pourquoi?

 J’ai toujours été intéressée par les sciences, l’innovation, la réalisation de projet impliquant la résolution de problèmes techniques… C’est donc assez naturellement que je me suis orientée vers des études d’ingénieur.

 

3. Quelle est votre formation?

 Après l’obtention de mon Bac S j’ai effectué une classe préparatoire PC, avant d’intégrer l’école généraliste des Mines de Douai, dont je serai diplômée en Septembre 2016.

 

4. Quels sont les a priori de votre profession que vous aimeriez dénoncer?

J’aimerais faire passer le message que la profession d’ingénieur n’est pas exclusivement réservée aux hommes. Je pense que la mixité est une réelle force dans le développement d’idées et de projets.

 

5. Quel est votre relation avec les outils numériques ? Comment jugez-vous notre époque digitale?

Je pense que les outils numériques sont maintenant devenus indispensables à notre vie. Cette époque va permettre de nombreuses innovations et de nombreux progrès aussi bien au niveau technologique qu’humain.

 

6. Quels sont vos projets de carrière à moyen et long terme?

Je pense tout d’abord finir mes études et continuer à développer le projet sur lequel je travaille avec deux autres étudiants depuis maintenant trois ans.

 

Isabelle CUOC – Présidente de Kallistem

 

1. Quel est votre poste, nous décrire votre tâche au quotidien ?

Je suis Présidente de Kallistem, startup de biotechnologie dédiée à la préservation de la fertilité masculine. Mes missions sont très variées et vont de la gestion et l’administration de l’entreprise, à la recherche d’investisseurs, en passant par la veille scientifique et technologique, le développement commercial et le management d’équipes.

 

2. Avez-vous toujours voulu devenir ingénieure, si oui pourquoi?

Oui justement pour cette capacité à intégrer plusieurs fonctions avec une approche pragmatique

 

3. Quelle est votre formation?

Ingénieur UTC Bio-industries, maitrise de Sciences et Technique environnement, Executive Master ESCP EAP

 

4. Quels sont les a priori de votre profession que vous aimeriez dénoncer?

Je répondrai par trois suggestions personnelles pour l’environnement économique français : Accepter les différences. Pratiquer l’ouverture. Réagir vite.

 

5. Quel est votre relation avec les outils numériques ? Comment jugez-vous notre époque digitale?

Indispensables mais souvent onéreux quand il s’agit de veille économique ou technologique.

Cette époque digitale est pleine d’opportunités pour les affaires sur le plan international.

 

6. Quels sont vos projets de carrière à moyen et long terme?

Développer l’entreprise et continuer à faire bouger les lignes.

 

Alexandra BUGNON-MURYS – Chef d’exploitation EDF

 

1. Quel est votre poste, nous décrire votre tâche au quotidien ?

Je suis Chef d'Exploitation en Centrale Nucléaire. Le chef d'exploitation qui travaille avec son équipe en 3x8 est le manager d'une vingtaine de personnes, dont le profil est varié : du CAP à l'ingénieur, tous les diplômes sont représentés. Les agents sont répartis sur deux réacteurs nucléaires, et leur rôle est de contribuer à la production d'électricité par le réacteur nucléaire, en respectant les limites d'exploitation définies par les études de sûreté. Pour cela, les agents de chaque équipe de conduite sont en charge de la surveillance des paramètres clefs de production depuis la salle de commande ou sur le terrain. Mon rôle en tant que chef d'exploitation est de veiller au respect des règles qui garantissent que nous produisons de l'électricité en toute sûreté, tout en m'assurant que la production d'électricité est conforme aux besoins exprimés par le réseau de distribution d'électricité. Tous les dix-huit mois, le réacteur est arrêté pour remplacer une partie du combustible. Dans ce cas, mon rôle est de piloter les activités à réaliser par l'équipe, en garantissant le respect du planning. Mon travail comprend donc une large composante technique, mais je suis surtout passionnée par la partie managériale et par l'animation du collectif pour que chacun puisse s'épanouir au quotidien dans sa mission. En effet, pour veiller au respect des exigences de sûreté, nous sommes dans une démarche d'amélioration continue, et je répète souvent cette phrase entendue ailleurs "celui qui ne cherche pas à devenir meilleur cesse déjà d'être bon".


2.  Avez-vous toujours voulu devenir ingénieure, si oui pourquoi?

Dans ma famille, personne n'a fait d'études d'ingénieur, je connaissais peu le milieu. Mon orientation vers une école d'ingénieur s'est donc faite à travers plusieurs étapes, qui ont été des prises de conscience successives. Lorsque j'étais à l'école primaire, en début d'année notre institutrice nous a demandé de remplir une fiche nous décrivant et la question finale était :" que voulez-vous faire plus tard?". J'ai alors répondu "ingénieur" car le père d'une amie était ingénieur en chimie, et le métier me plaisait. En racontant cela chez moi le soir, on m'a répondu qu'ingénieur n'était pas un métier et qu'il fallait que je sois plus précise dans ce choix. J'étais alors bien jeune pour le définir et j'ai affiné mon choix progressivement. J'ai donc suivi un cursus classique, quand on la chance d'avoir des notes correctes à l'école : j'ai fait une première S avec option Sciences de l'Ingénieur car je n'aimais pas la SVT. Ce n'est sans doute pas une bonne raison mais j'ai toujours été plus attirée par la mécanique que par la médecine. J'étais alors vraiment intéressée par le métier d'ingénieur, sans pouvoir le décrire précisément. Alors que j'avais 16 ans quand j'ai dû décider de mon orientation, avec peu de conseils objectifs à recueillir, j'ai préféré "assurer" en choisissant de rejoindre une classe préparatoire intégrée au sein de l'ECAM Lyon (Ecole Catholique d'Arts et Métiers). Je n'ai pas souhaité intégrer une classe prépa plus générale par méconnaissance du milieu (et sans doute un peu de peur). Si c'était à refaire, et même si je suis fière d'être ingénieur ECAM, je passerais par la case prépa générale + concours, pour savoir "ce que je vaux". Cette notion de concours est très marquée au sein des entreprises françaises, et la première évaluation que l'on fait d'un ingénieur est liée au classement de l'école dont il est issu. Au fur et à mesure que j'ai fait des stages et que j'ai découvert le champ des possibles, j'ai trouvé ma voie : je souhaitais être ingénieur dans le milieu du nucléaire. J'ai ainsi réalisé une spécialisation au sein de l'ENSPG (Ecole Nationale Supérieure de Physique de Granoble) pour approfondir mes connaissances dans ce domaine spécifique.


3.  Quelle est votre formation?

Comme expliqué ci-dessus, je suis diplômée de l'ECAM Lyon (Ecole Catholique d'Arts et Métiers de Lyon) et j'ai obtenu un master recherche en Energétique Physique Nucléaire au sein de l'ENSPG (Ecole Nationale Supérieure de Grenoble). Depuis que je suis entrée chez EDF, j'ai eu la chance de suivre un cursus de formation très poussé, car pour être capable de piloter un réacteur nucléaire, il faut connaître le fonctionnement de la centrale nucléaire, les procédures normales et les règles d'exploitation ainsi que les procédures à appliquer en cas d'incident/ accident, qui prennent en compte l'expérience nationale et internationale.  
 
4.  Quels sont les a priori de votre profession que vous aimeriez dénoncer?

Une centrale nucléaire est une usine un peu particulière, du fait des enjeux sûreté. J'aimerais dans un premier temps affirmer que l'on peut travailler dans une centrale nucléaire et avoir des convictions de préservation de l'environnement dans lequel nous vivons, et dans lequel nos enfants grandissent. Produire de l'électricité par le nucléaire ne contribue pas au réchauffement climatique puisque la production n'est pas émettrice de gaz à effet de serre. L'augmentation de la "durée de vie" des centrales nucléaires qui fait débat en ce moment est soumise à des autorisations de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, moyennant certaines modifications de nos installations ainsi que la mise à jour de nos études de sûreté par les centres d'ingénierie. Et nous veillons au quotidien au respect des exigences de sûreté, nous nous efforçons de nous réinterroger périodiquement, dans le but de progresser. Je suis pour ma part convaincue que le choix du nucléaire en France nous a permis de développer de fortes compétences exportables, d'être indépendants énergétiquement, et de limiter nos émissions de gaz à effet de serre.
Le second a priori que j'aimerais évoquer est le fait que peu de femmes se dirigent vers le métier d'exploitante. Spontanément, quand je me présente, travaillant en 3x8, avec mon casque de chantier et mes chaussures de sécurité à proximité grosses tuyauteries et de pompes, les visages sont étonnés. Pourtant, une femme qui travaille en 3x8 dans un hôpital n'est pas plus préservée que moi. Le milieu n'est pas plus "propre". Il est vrai que la majorité des effectifs au service exploitation est masculine. Pourtant, l'accueil est chaleureux, et cette aventure humaine vaut le coup d'être vécue.

5.  Quel est votre relation avec les outils numériques ? Comment jugez-vous notre époque digitale?

Les outils numériques sont peu développés dans les centrales nucléaires, c'est un projet à moyen terme de moderniser nos pratiques. Je les utilise au quotidien de façon personnelle pour le pilotage de mon équipe, pour la gestion des agendas mais je pense que nous pourrions optimiser notre travail avec le développement de ces outils.
Notre époque digitale nous permet de rester en contact plus facilement, l'enjeu d'après moi est de savoir déconnecter et de ne pas oublier les relations humaines. J'ai parfois peur de ces profils sur les réseaux sociaux qui tracent des vies parfaites... Ce manque de pudeur de certains peut parfois dissimuler les difficultés rencontrées, ou la solitude ressentie. Nous faciliter le travail grâce aux outils numériques, oui, mais ne pas oublier d'aller boire un verre avec les amis de temps en temps pour prendre des nouvelles réelles et pas uniquement virtuelles !
 
6.  Quels sont vos projets de carrière à moyen et long terme?

Travailler dans le secteur de l'énergie me plait, de grands défis sont encore à relever pour imaginer un avenir moins polluant pour nos enfants. Je suis aujourd'hui convaincue que l'énergie nucléaire a sa place dans cet avenir, même si nous devrons adapter notre production aux décisions des gouvernements. Je souhaite donc aujourd'hui poursuivre dans cette voie.
Mon objectif est d'évoluer dans la filière managériale, en prenant plus de recul vis-à-vis du terrain sur lequel je suis au quotidien. A moyen terme, je pourrai potentiellement être amenée à manager une équipe de taille plus importante, en gardant toujours en tête cette volonté de progrès permanent. Si l'occasion se présente, je pourrai participer au démarrage d'un réacteur à l'étranger. Dans tous les cas, je souhaite poursuivre dans l'animation de collectifs autour des enjeux sûreté liés à notre métier, en construisant l'entreprise de demain, fiable et sûre. L'énergie est un sujet clef, passionnant, dans lequel je pense encore pouvoir m'épanouir plusieurs années, mais qui demandera peut-être une adaptation en fonction des décisions à venir concernant la production d'électricité par le nucléaire.

 

 

Girls Can Code!


L'association Prologin organise cet été Girls Can Code! : 3 stages de découverte de l'informatique destinés aux collégiennes et lycéennes, à Bordeaux, Lyon et Paris.
https://gcc.prologin.org

Ces stages sont l'occasion pour des filles de rencontrer d'autres participantes du même âge intéressées par l'informatique, et de progresser ou débuter dans ce domaine à travers des exercices et activités. Afin de leur assurer une progression adaptée à leur niveau et rapidité d'apprentissage,  suivi individuel et personnalisé est mis en place.


Pendant le stage, des femmes travaillant dans l'informatique viennent présenter leurs parcours, afin de montrer l'omniprésence de l'informatique, et partager leur expérience.

Egalement proposé à la fin du stage: comment poursuivre des études en informatique.


Girls Can Code! est financé par Google for Education et le Labex Milyon, et hébergé par le LaBRI, l'ENS de Lyon, l'université de Bordeaux ainsi qu'EPITA.
Dates des stages :
— à Bordeaux du 10 au 15 juillet ;
— à Lyon et Paris du 21 au 26 août.
Date limite d'inscription :
— avant lundi 26 juin pour Bordeaux ;
— avant lundi 10 juillet pour Lyon et Paris.


N'hésitez pas à nous écrire à info@prologin.org pour toute question.



Alexandre Talon
Doctorant en informatique à l'ENS Lyon, membre de l'association Prologin
 

 

Un.e Ingénieur.e, un projet

 

 

Femmes Ingénieurs est partenaire de Universcience pour l’opération « Un.e Ingénieur.e, un projet ».

 

Ce nouveau dispositif de médiation organisé par la Cité des sciences et de l’industrie porte de la Villette à Paris vise à valoriser les sciences de l’Ingénieur.e en permettant aux visiteurs de rencontrer des ingénieur.e.s. Concrètement, il s’agit pour les ingénieur.e.s de présenter le processus de fabrication d’un objet sous forme d’exposé ou d’atelier d’une durée de 30 à 60 minutes. Une attention particulière sera portée aux publics scolaires à partir de la 4ème, aux filles et jeunes femmes et plus généralement à toutes les personnes intéressées par les sciences de l’ingénieur.e, les techniques et les technologies.

 

Femmes Ingénieurs est convaincue que ce dispositif suscitera des vocations chez les jeunes filles pour les métiers d’Ingénieur.e. C’est aussi une réelle opportunité pour mettre en avant ses membres, femmes ingénieures et entreprises partenaires. Nous serions donc ravies de vous voir contribuer à ce projet qui se déroulera du 15 octobre 2017 au 31 août 2018. Si vous êtes intéressé.e.s ou si vous avez des questions, contactez nous!

 

• Suzanne Mathieu: mathieusuz@yahoo.fr
• Isabelle Boullery: isabelle.boullery@gmail.com 

 

 

 


Si vous vous demandez s'il faut encore avancer vers plus d'égalité femmes-hommes
 

"Elles vous ont fait quoi les femmes ?" : cette puissante vidéo sur l'égalité hommes / femmes remet les pendules à l'heure !

 

Scienceuses


String Theory et notre association ont signé un partenariat autour de la série intitulée « Scienceuses ». Cette série composé de 6 épisodes de 3 min 30 environ est dédiée à la promotion et mise en avant des grandes figures scientifiques au féminin avec l'objectif comprendre, décrypter, expliquer la science et la tech, en montrant qu'elle se conjugue au féminin.
“Découvrez les femmes qui ont marqué l'histoire de la science à travers des vidéos drôles et intelligentes. La première vidéo est consacrée à Emilie du Châtelet.
 

Marion Seclin est Émilie du Châtelet - Scienceuses #01 - String Theory

 

C'est la youtubeuse Marion Séclin, connue pour son engagement féministe, qui part chaque mois à la rencontre des femmes qui ont marqué la science. De la médecine aux mathématiques, de la biologie à l’astronomie, les « Scienceuses » racontent avec humour et légèreté des parcours remarquables mais trop souvent oubliés de grandes scientifiques.

 

Trois vidéos à découvrir:

Marion Seclin est Rosalind Franklin - Scienceuses #05 - String Theory

Marion Seclin est Ada Lovelace - Scienceuses #03 - String Theory

Marion Seclin est Rita Levi-Montalcini - Scienceuses #04 - String Theory

Marion Seclin est Valentina Terechkova (ft. Florence Porcel) - Scienceuses #02 - String Theory

Marion Seclin est Jane Goodall - Scienceuses #06 - String Theory

 

 

Modèles

 

Vous trouverez ci-joint le flyer pour la promotion du livre « 50 portraits d’ingénieures Arts&Métiers », ainsi qu’un dépliant édité à 10000 exemplaires.

C’est le Groupe Professionnel « Arts et Métiers ParisTech au féminin » qui est à l’initiative de ce livre (Patricia BOUEME et Colette RIGAUT).

Carole Mauguin intervient 2 à 3 fois par an dans les lycées (Angers, Nantes, Cholet) par le biais de C.GENIAL (fondation pour la culture scientifique et technique) ainsi qu'avec notre déléguée régionale, Louise PIVETEAU et directement à l’ENSAM d’Angers (à l'initiative des enseignants).

 

http://offres/file_inline_src/82/82_P_37905_584aee7a0630f_1.pdf

 

Projet européen Hypatia

 

Nous avons le plaisir de vous informer de la mise en ligne de la version française de la boîte à outils du projet Hypatia. Elle est disponible sur le site du projet : http://www.expecteverything.eu/hypatia/toolkit/

Les activités sont téléchargeables soit par « section » (établissements scolaires (écoles), musées et centres de sciences, industrie et recherche), soit individuellement. La boîte à outil peut également être téléchargée intégralement: ici

 

Dans le cadre du projet européen Hypatia, l'association Femmes Ingénieurs collabore avec Universcience en vue de favoriser l’orientation des jeunes filles vers des études scientifiques.

Notre association a organisé deux rencontres tests, entre des élèves de collège/lycée avec des ingénieur.e.s et scientifiques dans 2 grandes entreprises.
Pour mémoire, le premier test a eu lieu le 17 juin chez GE Healthcare à Buc.
Le 22 septembre, 28 élèves du Lycée Descartes étaient reçus sur le site de Nexter, à Versailles.


Marie-Agnès Bernadis d'Universciences livre ses impressions et remerciements à Nexter:
"Cétait une rencontre exceptionnelle pour les 28 élèves du Lycée Descartes ; cette après-midi a été passionnante. Merci aussi aux responsables de la sécurité, du site, de Nexter qui ont autorisé des élèves à pénétrer sur le site. Compte tenu du caractère « secret défense » de l’entreprise, recevoir autant d’élèves était un vrai défi.
De plus, nous avons eu la chance, de voir le matériel militaire le plus récent comme le char qui était sur le site de la COP 21.
Les deux jeunes ingénieurs qui se sont entretenus avec les élèves étaient super, très accessibles et les élèves, filles et garçons, se sont sentis à l’aise autant avec Elodie qu’avec Fabien qui ont parlé de leur métier avec enthousiasme, leur ont donné de bons conseils pour choisir leurs filières d’études, …
L’heure passée à voir le matériel militaire a été exceptionnelle et je pense que les élèves vont pouvoir raconter qu’ils sont entrés dans le char militaire français le plus perfectionné. L’intérêt des filles a été aussi vif que celui de leurs camarades garçons et le matériel concrétisait à la fois la dimension métier, la dimension très haute technologie et la dimension scientifiques (physique, électronique, maths, ….)
De telles rencontres permettent aux filles de se projeter dans ces métiers."
Merci et bravo à Nexter !

 

Le 14 mars dernier, un point d'avancement du projet a été réalisé :
La boite à outils numérique des 15 activités du projet est désormais disponible en ligne en anglais: http://www.expecteverything.eu/hypatia/toolkit/.
La boite à outil en version française avec 6 activités (dont celle testée par GE et Nexter ) sera disponible début mai 2017 sur le site du projet, en vue de sa mise en oeuvre par les établissements scolaires, musées et centre de sciences, et industrie/recherche. En particulier, l’activité  "rencontre avec des ambassadrices et ambassadeurs des sciences » sera déployée 5 fois. FI sollicitera ses entreprises partenaires à cet effet.

Pour en savoir plus sur les activités proposées
 

 

*****************

 

Visite de classe chez GEMS

 

Fin novembre 2016, notre adhérente Marianne Gaulhet accueillait au sein de GE Healthcare, entreprise partenaire de Femmes Ingénieurs, des lycéens et  lycéennes en classe de 2d au lycée de la vallée de Chevreuse, pour stage en découverte de l’entreprise.

Objectif : Se focaliser sur les métiers scientifiques et techniques et  leurs faire parcourir la vie d’un produit depuis sa conception, puis sa fabrication jusqu’à sa maintenance et le support clients associé.

 

Un vrai succès :

Dans une après-midi de debriefing, en fin de semaine, les jeunes ont exprimé tout ce qu’ils y avaient vu autour de la technologie :  des hommes, des femmes,  des métiers différents, pour vendre, pour former les clients, pour les servir !  La visite du Centre d’appels de la maintenance, en fin de parcours, a été particulièrement intéressante pour comprendre la partie clients et en particulier leur  expérience dans l’utilisation des produits.

Sur la partie métiers d’ingénieurs , quelle surprise : pleins de postes différents ; Système, Logiciel, Développement, Méthodes, Robotique, Production, Recherche, Applications , Qualité, Waouh !!

Sur la partie Production, les jeunes ont apprécié la diversité, avec le souffleur de verre indispensable à la fabrication des tubes à rayons X, la production des mammographes, le centre de réparation et de remise en état, vendus en seconde mains…

 

IMG_2783.class GEMS jpg

Enfin, ils ont retenu la diversité des métiers, et des modalités, mais aussi la vie en entreprise, la cantine est toujours très populaire,  l’autonomie en prenant tous les matins le bus qui dépose les salariés sur le site, à partir de la gare de RER, sans oublier une certaine rigueur dans le fonctionnement dans l’entreprise, où il faut être à l’heure tous les matins, comme au lycée.

Les mots qui restent : la passion, pokayoke, faites le métier dont vous avez envie ! Ils et elles sont repartis motivés!

Bravo à Marianne et bravo à GE Healthcare!

 

 

 

 


Nouvelle visite d'une classe sur le site de GE Healthcare à Buc le 22 mai 2017

 

Dans le cadre de la semaine Technologie à GE Healthcare a accueilli une classe de seconde bio Seconde SBC  du LFA classe bilingue .
17 élèves accompagnés de 3 professeurs et  de la Proviseur Adjointe, les élèves ont tout d’abord découvert les 39 posters proposés par les ingénieurs, qui voulaient partager leur projet, innovation, et utilisation d’outils particuliers.
Après un pique-nique sur l’herbe  dans le site, les élèves ont pu échanger avec une jeune ingénieure GE  en début de carrière Adam Chloe (Mines Nancy) , sportive haut niveau qui en parallèle de ses études étaient volleyeuse professionnelle.
Ensuite ils ont pu écouter en avant première la présentation de Diane Dessalles (Polytechnique) sur Marie Curie, sa vie, ses inventions, ses engagements en tant que femme. Cet exposé a été présenté le lendemain aux employés GE.
La visite s'est terminée avec un brainstorming où chacun écrivait quel métier il/elle avait découvert et quelle technologie l’avait particulièrement intéressé-e.
Une petite phrase anodine mais qui montre que rien n’est acquis en terme de mixité : « les filles aussi peuvent être ingénieur »
Beaucoup d’intérêt, de questions, d’envie d apprendre !
 
Le groupe est reparti enchanté. Les élèves voulaient revenir le lendemain pour visiter l’usine..  nous avons promis pour une prochaine fois ! Le lycée n’étant qu’à une traversée de parc.. une belle occasion pour lier un contact de proximité industrie / école.  Le rapprochement profite à tous !
 

20170522_LFAklasse

 

Métiers

 

Les métiers sont très différents car:

- Les domaines et les secteurs scientifiques sont multiples: électricité, chimie, mécanique, télécom, aérospatial...

- Les activités le sont aussi : cela peut aller de la recherche à l'après-vente avec toutes les étapes intermédiaires nécessaires : innovation, développement, conception, design, méthodes, industrialisation, fabrication, logistique, qualité, contrôle qualité, achats ...sans oublier les métiers où l'on attend moins les ingénieurs-es mais où ils sont indispensables pour les activités techniques et technologiques: marketing, commercial, juridique, direction générale et pilotage d'entreprises.

- Les métiers s'exercent dans tous les secteurs économiques: l'industrie, les services, les start-up mais aussi dans l'économie sociale et solidaire.

Vous pouvez travailler dans une grande comme dans une petite entreprise, dans le privé ou le public, en France, à l'étranger.

Bref tout est possible. Pour découvrir les métiers, vous pouvez questionner des ingénieurs autour de vous, écouter nos témoignages, et vous renseigner auprès de sites spécialisés dont nous vous donnons une liste ci-dessous.

 

Nous vous conseillons de consulter le site Matilda, où vous trouverez de nombreuses videos, quizz et autres outils centrés autour de l'égalité des sexes. Ce site met en lumière les femmes savantes et intellectuelles qui ont brillé dans une diversité de domaines comme les mathématiques, la biologie, l'histoire, etc... mais aussi celles-ci, que nous vous conseillons:

  • Une video sur la féminisation des noms métiers, que nous vous conseillons de regarder. Oui, il est important de féminiser les noms de métiers car une ingénieurE est aussi légitime et compétente qu'un ingénieur. La priver de son E, c'est nier son existence.
  • Une video sur les livres scolaires, pour ne plus vous laisser piéger par l'image des filles et des garçons, qu'ils présentent.

Des chercheur.e.s féministes et spécialistes des questions de genre ont participé à l'élaboration des vidéos, qui rassemblent les compétences d'associations et d'enseignant.e.s de l'école primaire, du collège, du lycée et de l'université.

 

 

Sites généralistes

 

www.femmesetsciences.fr : site de l'association "Femmes et Sciences"
www.femmes-et-maths.fr  : site de l'association " Femmes et Mathématiques"
www.ellesbougent.com : site informatif sur les filles et les métiers d'ingénieur dans les transports et l’énergie
www.femmesdunumerique.com : site de l'association des Femmes du Numérique
www.affdu.fr : site de l"Association Française des Femmes Diplomées des  Universités"
www.education.gouv.fr: site du Ministère de l’ Education Nationale
www.recherche.gouv.fr : Ministère de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche
www.grandesecoles-postbac.fr : infos sur les écoles à prépa intégrées
www.cefi.org : Centre d’études sur les formations et l’emploi des ingénieurs
www.cidj.org : Centre d'information et documentation Jeunesse
http://mavoiescientifique.onisep.fr:  Document de l’Onisep sur les études scientifiques
http://www.orientation-metiers.fr : site de la réussite scolaire et de l’orientation professionnellle
www.afij.org : association qui facilite l'insertion professionnelle des jeunes diplômés
http://formation-emploi.cci.fr.: site du réseau des chambres de commerce et d'industrie

 

Sites spécialisés sur différents métiers


www.uimm.fr : site de l " Union des Industries et Métiers de la Métallurgie"
www.gimrp.org: site du " Groupe des Industries Métallurgiques de la Région Parisienne"
www.deviensingenieur.fr: site de la « Conférence des Directeurs des Ecoles Françaises d’Ingénieurs »
www.onisep.fr : office national d’information sur les enseignements et les professions
www.letudiant.fr/metiers.html : description et informations sur plus de 600 métiers
www.animath.fr : promotion de l’activité mathématique chez les jeunes
www.lesmetiers.net : Infos métiers Région Ile de France
www.planete-tp.com : site sur les métiers des travaux publics
www.ccca-btp.fr : site de l'apprentissage des travausx publics et du bâtiment
www.lesmetiersdelachimie.com
www.laplasturgie.fr: site de la fédération de la Plasturgie
www.airemploi.org : toute l'info sur les métiers de l'aérien
www.gifas.asso.fr  : groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales
www.fieec.fr :site de la fédération des industries électriques, électroniques et de communication

 
Dernière modification : 25/11/2017