Adhérez en ligne !
 
 
 
 
 
 
 

Les publications

Observatoire des femmes ingénieurs - Rapport 2017

 

L’association Femmes Ingénieurs présente son rapport annuel sur la situation concernant les Femmes Ingénieures, à partir des données issues de l’enquête IESF menées en 2016 auprès des diplômé.e.s des écoles délivrant un titre d’ingénieur, ainsi qu’une enquête sociologique sur la place des filles dans les écoles d’ingénieurs.

Vous pouvez télécharger les 2 rapports: 2 pages Femmes Ingénieurs 2016 et 4 pages Femmes Ingénieurs 2016

L’étude met en avant de nombreux points de satisfaction et de progression:

  • 22% de femmes ingénieurs: en 2016 sur 870000 ingénieurs de moins de 65 ans
  • 25% de femmes ingénieurs sur la catégorie moins de 30 ans, dont 29% diplômées en 2015 contre 22% en 1995
  • 87% de femmes salariées
  • 35% en IDF 52% en région 12% à l’étranger
  • 30% Fonctions techniques, travaux études, recherche et conception
  • 25% en production
  • 20% commerce et marketing

L’observatoire constate la persistance voire l’aggravation de plusieurs aspects:

  • Une désaffection des femmes pour les métiers du numérique (informatique et réseaux) qui s’aggrave, avec moins de 10% de femmes
  • Des écarts de salaires qui persistent, en moyenne 6% à l’embauche qui s’accentue au cours de la carrière
  • Un plafond de verre qui persiste avec un déficit de femmes à la direction générale: les femmes y sont 4 fois moins nombreuses que les hommes
  • Des inégalités de salaires flagrantes, en particulier dans le domaine du Conseil Audit Management: le femmes y travaillent plus longtemps et l’écart da salaire est mesuré à 30% au bout de 10 ans.

 Alors rejoignez les actions de l’association Femmes Ingénieurs pour:

  • PROMOUVOIR les métiers d'ingénieur.e.s auprès des jeunes filles.
  • VALORISER les femmes ingénieurs dans le monde du travail.
  • ASSURER la place des femmes ingénieurs dans les conseils d'administration.

 

Association Femmes ingénieurs Présentation Entreprises 2017

 

 

Propositions aux candidats à l'élection présidentielle

 


Nos quatre associations: Femmes Ingénieurs, femmes et mathématiques, Femmes et Physique et Femmes & Sciences, représentantes des milieux scientifiques et techniques, travaillent auprès du MENESR et du MFEDF depuis des années.
Nous nous sommes réunies pour rédiger 17 propositions pour les candidat.e.s à l'élection présidentielle,
afin de garantir une amélioration de l'éducation des jeunes et aussi d'améliorer la mixité des métiers scientifiques et techniques, métiers encore trop asymétriques.
Nous souhaitons en particulier:
- Que la formation initiale et continue en sciences des professeur·e·s des écoles soit repensée dans le domaine des sciences;
- Faire un enjeu national de l’information des élèves, des professionnel·le·s de l’orientation, des enseignant·e·s et des parents sur les métiers scientifiques et techniques en montrant qu’ils conviennent tout autant aux filles qu’aux garçons;
- Veiller à la mise en place d’une politique de prévention des violences sexistes envers les jeunes femmes dans les filières d’étude où elles sont très minoritaires et garantir aux filles et aux garçons une égalité d’accès aux internats dans toutes les filières;
- Généraliser une formation initiale et continue sur l’égalité filles-garçons pour les enseignant·e·s et les conseiller·e·s d’orientation, et mettre en place et promouvoir une charte égalité pour les manuels scolaires, les livres et les productions multimédias destinés à la jeunesse
- Attribuer aux établissements d’enseignement supérieur publics un bonus de budget lié à leurs résultats en matière de parité.
Nos propositions seront adressées prochainement directement aux différents candidats.
Nous remercions Fanny Langevin, cheffe de projet pour Femmes Ingénieurs, dans cette élaboration.

 

Ci joint le détail de nos propositions

 

Après avoir pris connaissance de ces 17 propositions, elles ont reçu le soutien d'IESF, la  fédération des associaton d'ingénieurs, au sein de laquelle Femmes Ingénieurs représente les ingénieures et aussi de :

Cercle InterElles, Claudine Schmuck, Présidente du Groupe Informatique et Télécom Sciences Po Alumni, Politiq'ELLES, SupplementdElles, GEF (Grandes Ecoles au Féminin), Women in Leadership, la Commission Nationale Française pour l'UNESCO, Leader en elle, BPW (Business & Professional Women), Carol Lambert – présidente du comité Egalité Parité du Medef.

 

Livret 2017 Les Femmes et les Sciences : Un outil pour lutter contre les idées reçues

L’association Femmes & Sciences, en partenariat avec les associations femmes et mathématiques et Femmes Ingénieurs, vous propose un livret qui servira d'outil aux enseignant·e·s pour lutter de manière efficace contre les idées reçues sur les études et l’orientation des filles et des garçons. Ce document sera également utile aux conseillères et conseillers d'orientation, aux chef·fe·s d’établissement, aux parents, et aux partenaires des entreprises attentif·ve·s à défendre les valeurs d'égalité des
chances entre les sexes.

 

Ce livret est proposé en téléchargement en deux parties :

La couverture

Le livret

 

sexismepasnotregenre

 

 

 

Étude sociologique sur les conditions de formation et de vie étudiante des filles en école d'ingénieur

Femmes Ingénieurs a collaboré avec une étudiante du Diplôme Universitaire Etudes sur le genre, à l'Université de Rennes 2, au premier trimestre 2016, pour réaliser une étude sur les conditions de formation et de vie étudiante des filles en école d'ingénieur.

Plus de mille élèves, dont environ 2/3 de filles, inscrit-e-s en cycle ingénieur ou ayant obtenu leur diplôme d'ingénieur depuis moins de deux ans, ont répondu à un sondage en ligne.

Les résultats sont disponibles dans les documents ci-dessous.

En résumé :

Alors que les filles ne représentent en moyenne qu’un tiers des étudiants en école d'ingénieur, leur proportion varie beaucoup selon les spécialités. Elles sont à parité en biologie et en chimie tandis que leur proportion est proche de 10% dans les sciences dures et le numérique.

Globalement, les filles sont fières d’être en école d’ingénieur et recommandent fortement cette formation et elles évaluent plus positivement que les garçons leur relation aux professeurs, à l’administration et entre élèves.

Mais, les filles apparaissent plus stressées et fatiguées que les garçons et manquent de confiance en elles. Elles semblent subir les mêmes stéréotypes sexistes que toutes les jeunes filles françaises.

La culture des écoles d’ingénieurs est jugée plus masculine que neutre, par les filles comme les garçons.

La situation des filles apparaît plus difficile dans les écoles d’ingénieurs, où elles sont très minoritaires (proportion inférieure à 10%) et ceux sur tous les critères évalués, dans l’étude.

Pourtant les garçons sont davantage encore que les filles demandeurs de mixité.

Souhaitons que cette étude contribue à mobiliser les acteurs politiques, éducateurs et chacun et chacune, pour favoriser plus de mixité dans les écoles où les filles sont ultra-minoritaires et qu’elle rassure parents et élèves à démarrer des études d’ingénieur !

 

Synthèse à lire ici et présentation détaillée ici

 

 
Dernière modification : 29/11/2017