Adhérez en ligne !
 
 
 
 
 
 
 

 Stanford's Maryam Mirzakhani wins Fields Medal Revue de presse  Sodexo démontre l'impact de la mixité femmes-hommes sur sa performance

L’association Femmes Ingénieurs s’est unie avec Femmes & Sciences  et femmes et mathématiques pour interpeller les candidat-e-s à la Présidence de la République sur la nécessité de promouvoir les sciences et de promouvoir les femmes dans les sciences. En effet, dans les quarante prochaines années, le monde va affronter des changements sociaux, économiques, industriels et environnementaux sans précédents qui devront être gérés grâce à la capacité d’innover et la compétence de scientifiques, technicien-ne-s et ingénieur-e-s.

Ces associations ont fait vingt propositions à l’efficacité reconnue, au coût marginal et nécessitant surtout une volonté politique.

 

Ces propositions ont été envoyées à 11 candidat-e-s, ici classé-e-s par ordre alphabétique. Nathalie Arthaud (LO), François Bayrou (Modem), Dominique de Villepin (RS), Nicolas Dupont-Aignan (DLR), François Hollande (PS), Eva Joly (EE-LV), Marine Le Pen (FN), Corinne Lepage (Cap 21), Jean-Luc Mélanchon (FG), Philippe Poutou (NPA), Nicolas Sarkozy (UMP).

Un site web a été ouvert : www.femmes-sc-et-ing.com

Il est possible de télécharger les documents et d’exprimer son soutien aux propositions. Les propositions sont classées en quatre thèmes :

Thème 1 : Déconstruire les idées reçues de la société concernant les femmes et les sciences, Thème 2 : Encourager l’orientation des jeunes et plus particulièrement des jeunes filles vers les filières scientifiques et techniques, Thème 3 : Repenser la place des sciences et de l’ingénierie dans l’éducation, Thème 4 : Faciliter la carrière des femmes scientifiques, techniciennes et ingénieures. Nous avons sélectionné cinq propositions prioritaires :

  • Réaliser chaque année des statistiques sexuées nationales concernant les chercheurs et les chercheuses de la recherche publique,
  • Rendre obligatoire un volet spécifique sur les fonctions techniques dans le « Rapport de situation comparée des conditions d’emploi et de formation des femmes et des hommes »,
  • Favoriser et inciter le développement de réseaux de femmes ingénieures et scientifiques,
  • Organiser une formation initiale et continue sur l’égalité filles-garçons pour les enseignant-e-s et les conseiller-e-s d’orientation, et ceci pour tous les enseignant-e-s, du 1er degré comme du deuxième degré général, technologique ou professionnel,
  • Faire un enjeu national de l’information des élèves, des professionnel-le-s de l’orientation, des enseignant-e-s et des parents, sur les métiers scientifiques et technologiques en montrant qu’ils conviennent tout autant aux filles qu’aux garçons.
 
 

Retour